• Cant Z 506 Airone

    LA marque Cant produisit en 1936 un remarquable appareil civil : le Z-506, qui s’adjugea à l’époque plus de dix records mondiaux.

    Son ingénieur, Filippo ZAPPATA, en tira une version militaire, le Z-507, dont la partie inférieure du fuselage comportait une longue soute à bombes, un poste de visée à l’avant et un poste de tir à l’arrière.

    En 1940, l’aviation navale italienne utilisa, avec une certaine efficacité, ces appareils contre la flotte britannique. Basés dans le Sud de l’Italie, en Sardaigne et en Sicile, les Z-507 torpilleurs harcelaient les convois anglais qui ravitaillaient l’île de Malte et les troupes d’Égypte.

    Mais lorsque les chasseurs anglais purent intervenir en nombre suffisant, la faible vitesse du Z-507 et ses défenses dérisoires le transformèrent en une proie facile. Cette situation contraignit les Italiens à retirer leurs Hérons du front pour les cantonner en seconde ligne, et à confier les opérations du torpillage à des bombardiers terrestres plus rapides.

    En 1935, l'avionneur italien Cant réalise une lignée d'hydravions à flotteurs que débute par un avion postal, le Z.505.

    Celui-ci évolue quelques mois plus tard, en 1936, en une version allégée, devenant un hydravion de transport de passagers, le Z.506. qui s'adjugea à l'époque plus de dix records mondiaux.

    Grâce à ses remarquables caractéristiques, le Z.506 battra 10 records mondiaux en 1936, huit de vitesse et deux d'altitude. Ces records furent encore améliorés en 1937, et une version militaire de bombardement et reconnaissance navale, le Z.506, fut réalisée.

    Cette version militarisée, baptisée Airone ("héron"), différait par sa gondole ventrale destiné à l'emport de bombes ou d'une torpille, par la surélévation de la cabine de pilotage, par un poste de visée à l'avant et un poste de tir à l'arrière.

    Cet hydravion trimoteur, à flotteurs, monoplan à ailes basses, comportait une structure en bois recouvert de toile. Ces flotteurs et leur raccord étaient eux en métal.

    Sa carrière militaire commença à la fin de la guerre civile espagnole, à laquelle il participe en 1939. En 1940, l'aviation navale italienne l'utilisa, avec une certaine efficacité, avion torpilleur en Méditerranée contre la flotte britannique et les convois anglais qui ravitaillaient Malte et l'Égypte.

    Mais face à la supériorité aérienne ennemie, sa faible vitesse et son armement défensif insuffisant montrèrent les limites du Airone.

    A partir de 1942, les opérations du torpillage furent confiés à des bombardiers terrestres plus rapides, comme le SM.79. Le Z.506 fut utilisé pour l'escorte des convois, la reconnaissance maritime, le mouillage de mines et le secours en mer.

    Une version spécialisée dans sauvetage des équipages naufragés, le Z.506S (S pour "Soccorso", "sauvetage" en italien), fut conçue pour permettre l'embarquement rapide de blessés, même dans des conditions météorologiques peu favorables.

    Après l'armistice de septembre 1943, le Z.506 reprirent du service contre l'Allemagne. En 1948, quelques dizaines de Airone supplémentaires furent reconvertis en Z.506S.

    Ils servirent jusqu'en 1960, quand l'aviation militaire radia les derniers Cant Z.506. Sa production s'éleva à 344 exemplaires de la version militaire.

    Type

    Bombardier moyen

    Moteur 3 PIAGGIO P XI R2C 40 de 1000 CV Armement 2 MG 12,7mm Scotti/SAFAT, 2* MG 7,7mm SAFAT, 1200kg Bombe. Int. / 1000kg Bombe. Ext. Vitesse maximale

    465 km/h

    Vitesse de croisière

    325 km/h

    Vitesse ascensionnelle

     

    Plafond pratique

    8 200 m

    Autonomie

    2 200 km

    Poids

    9 395 kg / 13 620 kg

    Envergure

    24,80 m

    Longueur

    18,35 m

    Hauteur

    5,22 m

    Surface alaire

    75 m2

    Equipage

    5


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :