• Dassault Rafale

    Fleuron de la technologie aéronautique française, le Rafale est le premier avion de combat polyvalent puisqu’il réunit plusieurs types d’appareils en un seul, capable aussi bien de missions d’interception et d’interdiction que d’attaque au sol. C’est également le premier appareil à avoir été conçu, dès l’origine, pour opérer aussi bien à partir de la terre que de porte-avions. Le Rafale est actuellement sans équivalent dans le monde.

    Les deux premiers Rafale (M1 et M2) qui ont été livrés à la Marine, à la base aéronavale de Landivisiau (Finistère), le 20 décembre 2000. Le 10ème Rafale a été livré en octobre 2002. Ces appareils ont constitué l'ossature de la flottille 12F.

    Le 7 décembre 2004, le ministère de la Défense a confirmé la commande de 59 Rafale, dont 47 pour l'Armée de l'air et 12 pour la Marine. Il s'agit de 11 biplaces et de 36 monoplaces destinés à l'Armée de l'air et de 12 monoplaces pour la Marine nationale. Tous ces avions seront au standard polyvalent F3, dont le développement a été commandé en février 2004. Le standard F3 donne, entre autre, au Rafale la capacité d'emporter le missile nucléaire air-sol de moyenne portée amélioré ASMP-A, dont l'entrée en service est prévue pour 2008.

    En avril 2006, 9 Rafale étaient basés à Landivisiau, appartenant tous à la flottille 12F.

    Le 19 mai 2006, la Marine nationale a réceptionné son premier avion Rafale au standard F2, sorti des usines Dassault Aviation de Mérignac. La livraison du deuxième Rafale marine au standard F2 est prévue en octobre 2006, celle des 14 appareils suivants s’échelonnera sur les années 2007 et 2008.

    D'ici 2015, les deux autres flottilles (11F et 17F) équipées de Super-Etendard, seront elles aussi passées progressivement sur Rafale. Une quarantaine d'appareils seront alors basés à Landivisiau.

    L’histoire


    Les premiers " coups de crayons " ont été donné en 1976 dans le cadre du programme ACT/ACM, répondant à la fois aux spécifications de l’armée de l’air, pour un avion de combat multirôle, et de l’Aéronavale pour remplacer ses vieux Crusader et Super-Etendard.

    Le premier vol du prototype Rafale A a eu lieu le 4 juillet 1986; le premier vol avec un réacteur SNECMA M88 en lieu et place d’un réacteur GE F404, a eu lieu le 27 février 1990 (après avoir effectué 461 vols en tout); le 865e et dernier vol a eu lieu le 24 janvier 1994. un GIE baptisé ACE (Avion de Combat Européen) a été créé en 1987 par Dassault Aviation, SNECMA, Thomson-CSF et Dassault Electronique, en partie pour attirer les partenaires internationaux, qui n’ont pas été trouvés. Le contrat de production a été officiellement lancé le 23 décembre 1992 (le 31 décembre 1992 pour le moteur M88-2). Les premiers prototypes des Rafale B et M ont été commandés le 26 mars 1993.

    Le prototype du monoplace Rafale C, baptisé Rafale C01, a été commandé le 21 avril 1988 et il a volé le 19 mai 1991; cet avion a été essayé en vol au centre d’essais en vol (CEV), en octobre 1991, soit deux mois avant la date prévue; il a effectué son 100ème vol le 12 mai 1992 et a été retiré des essais.

    Le premier prototype de la version navalisée, baptisé M01, a été commandé le 6 décembre 1998 et a effectué son premier vol le 12 décembre 1991. Les premiers essais de catapultage au sol ont été faits au centre de l’US Naval Air Warfare, à Patuxent River et à Lakehurst du 13 juillet au 23 août 1992. Une seconde campagne d’essais aux USA a eu lieu du 15 janvier au 18 février 1993, essais suivis par des approches en appontage sur le porte-avions Foch ; le premier appontage réel a été fait le 19 avril 1993, puis suivi en mai par les premiers catapultages assistés par le train sauteur de l’avion; une troisième campagne d’essais, avec emport de charges externes, s’est déroulée aux USA, du 18 novembre au 16 décembre 1993. Au mois de janvier 1994, le Rafale avait effectué plus de 1700 vols d’essais.

    Le contrat de commande du prototype du Rafale B biplace a été signé le 19 juillet 1989, c’est le premier avion à être équipé du radar RBE2 et du sytème Spectra; prévu en février 1993, le premier vol a été reporté au 30 avril 1993. Le second prototype du Rafale Marine M02 a été commandé le 4 juillet 1990 et il a effectué son vol inaugural le 8 novembre 1993; une troisième campagne d’essais à la mer, à bord du Foch, avec le prototype M01, a eu lieu du 27 janvier au 4 février 1994. La commande du second prototype du Rafale C02 a été annulée et la construction de l’avion a été abandonnée en 1991. Les essais structuraux de l’avion, en configuration Rafale M, ont débuté au CEAT de Toulouse le 10 décembre 1991. La décision de l’Armée de l’Air de choisir la version biplace opérationnelle (avec un pilote et un officier système) a été prise en 1991; en 1992, il est décidé que les biplaces représenteront 60% de la dotation en Rafale, les surcoûts entraînés correspondent à l’annulation de 16 avions.

    Une manifestation consacrée à la mise en service opérationnel du Rafale Marine standard F1 a lieu sur la base aéronautique navale (BAN) de Landivisiau, le 25 juin 2004. Les dix Rafale F1 de la marine sont regroupés, depuis 2001, sur la base de Landivisau au sein de la 12e Flottille (12F) qui se déploie régulièrement à bord du porte-avions Charles de Gaulle. Les premiers Rafale de série ont été confrontés à de nombreux problèmes (corrosion, panne des calculateurs,...) qui ont été aujourd'hui réglés. Par exemple sur la conduite du tir du missile Mica EM jugé auparavant non fiable, le système a été amélioré et a permis d'obtenir 100 % de coups au but lors de la campagne de tirs en février 2004.

    Le magazine Air & Cosmos signale que l’adaptateur tri-bombe AT 730 du Rafale entre dans la phase de qualification en vol et effectuera en décembre 2004 sa troisième campagne d’essai en vol sur le porte-avions.

    Le 19 mai 2006, la Marine nationale a réceptionné son premier avion Rafale au standard F2, sorti des usines Dassault Aviation de Mérignac. Cet appareil va maintenant suivre une phase d’expérimentation commune avec l’armée de l’Air sur la base aérienne 118 à Mont de Marsan pour une durée d'environ deux ans. La livraison du deuxième Rafale marine au standard F2 est prévue en octobre 2006, celle des 14 appareils suivants s’échelonnera sur les années 2007 et 2008.

    La famille Rafale

     

    Rafale A C’est le démonstrateur du projet Rafale. Celui avec lequel ont été validés les différentes solutions techniques et le concept aérodynamique général. Le démonstrateur Rafale A a volé pour la première fois le 4 juillet 1986, aux mains de Guy Mitaux-Maurouard, soit 27 mois seulemant après le début des études et surtout 6 mois avant la date prévue pour son premier vol! Le Rafale A est propulsé par deux moteurs General Electric F404-GE-400 délivrant 71,2 kN (7250 kg) de poussée unitaire. D’une longueur de 15,79 m et d’une envergure de 11,18 m, il pèse 9,5 t à vide et 20 t en masse maximale au décollage. Le Rafale A vole à la vitesse maximale de mach 2 à 13000 mètres d’altitude. Cet avion est aujourd’hui au musée...

     

    Rafale B Appareil biplace commandé par l’Armée de l’Air. Cette version d’attaque et de combat multirôle sera également utilisé pour la transformation et l’entraînement des équipages. Le prototype du Rafale B biplace, qui a volé pour la première fois le 30 avril 1993 aux mains du pilote d’essais Jean Frémont, présente les mêmes caractéristiques que la version C. Contrairement à de nombreux avions de combat, la longueur du fuselage de la version biplace est identique à celle du monoplace. Le volume nécessaire à l’emplacement du poste arrière a été gagné sur une partie du réservoir de carburant du fuselage. Conséquence : l’avion pèse 350 kg de plus et voit sa capacité interne de carburant réduite de 400 litres. Le prototype de cet appareil a été utilisé pour les essais de ravitaillement en vol, de charges lourdes, du radar RBE2, du Spectra et de tirs du missiles Mica.

    Rafale C Cet appareil monoplace préfigure la version commandée par l’Armée de l’Air, le Rafale C, plus petit de 3% que le démonstrateur, a effectué son vol inaugural le 19 mai 1991. De 10,30 m de longueur pour 10,8 m d’envergure, le Rafale C présente une masse à vide de 10 t et une masse maximale au décollage de 24,5 t. Il est motorisé par deux réacteurs Snecma M88-2 délivrant une poussée unitaire de 75 kN (7650 kg) avec postcombustion. Il vole en palier à Mach 1.8 et se pose à 193 km/h. Disposant d’un taux de montée de plus de 305 m:s, il atteint l’altitude de 17000 m en moins d’une minute. Avec 4,5 t de carburant dans les réservoirs internes et 7,5 t dans les réservoirs externes, le Rafale C dispose d’une autonomie de plus de 3 heures soit, en mission de pénétration, un rayon d’action de plus de 1850 km. Sa capacité d’emport de charges externes (bombes, missiles, roquettes, etc...) est de 9,5 t.

     

    Rafale M Cette version monoplace embarquée a été commandée par la Marine nationale pour équiper ses flotilles à partir de 2001. Le Rafale M a effectué son premier vol le l2 décembre 1991. Doté d’un atterrisseur plus résistant capable d’encaisser une vitesse de chute verticale de 365 m à la minute, le Rafale Marine accuse 610 kg de plus que la version terrestre. Il est en outre équipé d’une barre de catapultage, qui le rend compatible avec les porte-aéronefs de l’US Navy et d’une crosse d’appontage. Le Rafale M a été utilisé pour les essais du système de navigation et d’attaque sur porte-avions, pour la navalisation ainsi que l’intégration des équipements du radar RBE2 et du Spectra.

    • Standard F1 (actuel) : Intercepteur Marine - Radar RBE2 - Ensemble de guerre électronique Spectra - Missile Air-Air Mica EM - Missile Air-Air Magic II - Canon 30mm ;
    • Standard F2 (2005) : Ajout de capacités Air-Sol - Missile de croisière Scalp - Armement modulaire A2SM - Missile Air-Air Mica IR - Liaison de données MIDS - Optronique Secteur Frontal (OSF) IR & TV - Centre de calcul modulaire - Nouvelle interface homme machine ;
    • Standard F3 (2007) : Standard polyvalent - Missile Exocet - Missile ASMP-A - Reco-NG
    • Standard MK-2 (export) : Moteur M88-3 90kN - Antenne active Amsar pour RBE2 - Nacelle Damocles pour bombes guidées laser.


       
       Caractéristiques
    La masse et le volume ont été réduits au minimum pour tenir les coûts de développement; la voilure médiane, en delta, de faible épaisseur, est associée à des plans canards mobiles; les entrée d’air fixes et séparées des réacteurs placées sous le cockpit sont dépourvues de cônes soniques mobiles. La cellule, conçue pour une certaine " furtivité ", utilise largement les composites (fibres de carbone) et métaux légers (titane et aluminium).

    Atterrisseur
    Le train est du type tricycle escamotable à commande hydraulique. Construit par Messier Bugatti, il est composé d’un train principal à une seule roue et d’un train avant, à commande de direction hydraulique, à roues jumelées. Toutes les roues se rétractent vers l’avant. L’atterrisseur est conçu pour résister à des vitesses verticales de 3 m/s pour la version terrestre et de 6 m/s pour la version navale. Les pneus sont des Michelin à carcasse radiale (pneus de train principal de 810x275-15, pression de gonflage 16 bars, pneus de train avant 550x200-10). Les freins, à disques carbone, sont actionnés sur toutes les roues par le système électrique de commandes de vol. L’appareil possède également un parachute-frein, pour les situations d’urgence, placé dans un logement situé à la base de la gouverne de direction. Le Rafale Marine est équipé d’un train avant dit " sauteur ", c’est à dire que l’énergie stockée dans l’amortisseur est libérée en fin de catapultage, afin de modifier l’angle d’attaque de l’avion et donc de monter rapidement sans l’aide de rampe inclinée.

    Motorisation
    Le Rafale est propulsé par deux turboréacteurs à double flux Snecma M88-2 dévelopant chacun 48,7 kN de poussée à sec et 72,9 kN avec postcombustion. Le M88-3 qui équipera les avions de série délivrera une poussée maximum de 87 kN. Les réservoirs internes contiennent plus de 5325 litres de carburant. Le circuit d’alimentation en carburant est fourni par Lucas Air Equipement et Zenith Aviation, l’équipement par Intertechnique. Un réservoir largable de 1700 litres peut être installé sous le fuselage, un réservoir largable de 2000 litres au pylône interne sous voilure. Capacité maximale de carburant 6600 litres. Remplissage sous pression en sept minutes, ou quatre minutes pour les réservoirs extérieurs seulement. Une perche amovible de ravitaillement en vol est disponible sur toutes les versions.

    Aménagement
    Le pilote est installé sur un siège éjectable Hispano-Suiza construit sous licence Martin-Baker Mk15 zéro/zéro, incliné à 29°. Verrière et pare-brise forme une seule pièce, fourni par Sully Produits Spéciaux, s’ouvrant latéralement vers la droite. La verrière est revêtue d’un film doré pour réduire la signature radar.

    Véritable " projecteur de forces ", le Rafale est en particulier équipé du radar RBE2 (Thomson-CSF/Dassault Electronique) à capacité lookdown/shootdown. Ce radar à balayage électronique peut orienter son faisceau selon deux plans (vertical et horizontal) pour accroître l’agilité de détection. En mode air-air, il peut détecter et traiter plusieurs dizaines de cibles, dont huit en poursuite renforcée. En mode air-sol, il assure l’évitement du relief, élabore une carte détaillée du terrain à une dizaine de kilomètres en avant de l’avion et recale la navigation par affinage Doppler (centrale inertielle de navigation SAGEM Uliss 52X avec interface porte-avions sur la version Marine).

    L’affichage numérique sur une visualisation tête moyenne donne les informations concernant le carburant, les moteurs, l’hydraulique, le système électrique. Les autres systèmes embarqués sont projetés sur deux visualisations multifonctions latérales, en couleur, à commande sensitive de Thomson-CSF/SFENA. Le quatrième écran de cockpit est une visualisation tête basse qui affiche les informations radar et navigation.

    Yolène de la Bigne, chroniqueuse à France Info et " voix " de nombreux documentaires a prété sa voix au système de commandes de vol et d’alerte à commande vocale Sextant Avionique qui sera intégré dans une future version ainsi que le viseur de casque.

    Le Rafale sera aussi doté d’une " Optronique Secteur Frontal " (OSF). Développé par Thomson-CSF et Sagem, ce système de détection et de désignation d’objectif assure à la fois la localisation et l’imagerie infrarouge (à 3-5 et 8-12 µm), l’identification (par caméra TV haute définition) et la télémétrie (par faisceau laser). Son viseur infrarouge peut détecter un avion de combat à plus de 100 km et en donner l’azimut très précis; il a aussi un mode air-sol d’imagerie (à grand-champ) pour l’aide au pilotage (jusqu’à 6km). La caméra TV permet d’identifier une cible à 40 km. L’OSF est un système passif et discret qui, couplé au radar, renforce la poursuite d’une cible.

    La détection et l’évaluation des menaces sont gérées par un équipement d’alerte radar et de contre-mesures électroniques Spectra (Système de Protection et d’Evitement des Conduites de Tir du RAfale) co-dévoloppé par Thomson-CSF, Dassault Electronique et Matra;

    La navigation est assurée par la centrale gyrolaser Sagem Uliss 52X et un équipement de navigation par satellite Sextant Avionique Navstar (GPS);

    Thomson CSF développe aussi pour le Rafale un nouveau pod de désignation d’objectif par laser et imagerie infrarouge. Il pourra guider simultanément deux missiles air-sol et permettra le tir précis de munitions non-guidées. La reconnaissance et l’imagerie en combat aérien seront également possibles grâce au capteur infrarouge.

    L'armement

    Canon : DEFA 791 M de Giat Industries
       
    Armement air-air : MICA IR et EM / Magic II
    Export : Sidewinder / ASRAAM / AMRAAM
       
    Armement air-sol : AASM / Apache / SCALP EG
      Durandal / AS30L / BGL 1000
    Autres versions :

     Storm-Shadow / Black Shaheen / ALARM / HARM / Maverick / Belouga
       
    Armement air-mer :
    Exocet / Penguin mk3 / Harpoon / ANF / NSM
       
    Amement nucléaire : ASMPA

    Autres spécifications

    Visualisation tête haute, holographique à grand angle Sextant Avionique CTH3022. Equipement de communications TRT. Equipement VOR/ILS de type SOCRAT. équipement de radiocommunication V/UHF EAS et UHF TRT Saturn; radio-altimètre Thomson-CSF/CNI et enregistreur de paramètres de vol SFIM/Dassault Electronique. Communications via SINTAC/JTIDS. Equipement d’identification IFF ami-ennemi Thomson-CSF/CNI et JTIDS.Armement

    Le Rafale est armé d'un canon de 30 mm Giat DEFA 791B sur le côté de l’entrée d’air du réacteur droit. Il existe d’autre part quartorze points d’emport externes : deux au centre du fuselage, deux sous les entrées d’air, deux sur les côtés à l’arrière du fuselage, six sous voilure et deux aux extrémités de voilure. La position centrale avant a été supprimée sur le Rafale Marine. La masse de charges extérieures est normalement de 6000 kg, mais peut être portée à 8000 kg dans la configuration d’attaque au sol, le Rafale étant armé d’un missile nucléaire, à tir à distance Aérospatiale ASMP. En configuration interception, il est armé de plus de huit missiles air-air Matra Mica (avec autodirecteur infrarouge ou actif) et de deux réservoirs supplémentaires sous voilure; ou six missiles Mica et 5700 litres de carburant en externe. En configuration d’attaque au sol, il emporte seize bombes de 227 kg, deux missiles air-air Mica et deux réservoirs de 1300 litres; ou deux missiles Appache, deux Mica et 5700 litres de carburant en bidons externes; ou un pod à capteur infrarouge FLIR, un pod ATLIS de désignation laser, deux bombes de 1000 kg à guidage laser, deux missiles air-sol AS30L laser, quatre Mica et un seul bidon de 1700 litres. En configuration anti-navires, il est armé de deux missiles anti-navires Exocet ou d’un ANS, quatre Mica et 4300 litres de carburant en externe.

    Le Rafale en chiffres :

    Dimensions externes
    Envergure avec lance-missiles 10,90m
    Longueur hors tout 15,30 m
    Hauteur hors tout 5,34 m
    Masses et charges (estimées)
    Masse à vide de base, équipé : 9 670 kg
    Masse maxi décollage (lisse) : 1 5200 kg
    Masse maxi décollage (équipé) : 21 500 kg
    Charge militaire : 6 000 à 8 000 kg
    Performance (estimées)

    Distance de décollage :

    400 m

    Vitesse maxi :

    Vitesse d'appontage

    Mach 2

     250 km/h

    Vitesse maxi au niveau de la mer 750 noeuds
    Vitesse ascensionnelle : 18 000 m/min
    Plafond pratique : 18 000 m
    Rayon d’action (basse altitude) : 1 090 km
    Rayon d’action (haute altitude) : 1 850 km
    Facteur de charge limite : +9/-3,6 G

     


  • Commentaires

    1
    visiteur_yoann
    Mardi 9 Juin 2009 à 16:01
    c'est quand le prochain meeting ?
    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :