• De Havilland DH.115 Vampire

    Fondé sur une technologie vieille de plus de quarante ans, le De Havilland Vampire apparut trop tardivement pour être engagé au combat pendant la Seconde Guerre mondiale. L'appareil effectua son premier vol le 20 septembre 1943, propulsé par un réacteur à flux centrifuge OH Goblin d'une poussée limitée; aussi, afin de réduire les risques de perte de puissance, il fut nécessaire d'y adapter des entrées d'air et une tuyère d'éjection courtes. Le prototype du Vampire se composait d'une nacelle centrale, usinée en grande partie en bois, dans laquelle avait été placés le poste de pilotage, le moteur et l'armement. Deux poutres supportant les empennages prenaient appui sur les ailes métalliques, sans flèche, qui contenaient les réservoirs de carburant, le train d'atterrissage principal et les racines d'entrées d'air. L'adoption d'un atterrisseur tricycle, rendue possible par l'absence d'hélice, constituait une nouveauté en ce début des années quarante. Le Vampire F Mk 1, version d'interception du nouvel appareil, entra en service au sein de la Royal Air Force en 1946. En raison de sa simplicité, il fut sélectionné pour devenir l'équipement de base de la Royal Auxiliary Air Force. Dès le départ, son autonomie de vol réduite suscita des critiques, qui furent prises en compte dans l'élaboration du modèle Vampire F Mk 3. Offrant une plus grande capacité en ce qui concernait ses réservoirs internes, celui-ci pouvait être doté de réservoirs auxiliaires sous les ailes.
    Ces innovations firent passer le rayon d'action de combat normal de 515 à 815 km. La principale variante de série, le chasseur bombardier Vampire FB Mk 5, présentait une voilure d'envergure réduite et pouvait emporter des armements air-sol. Mis en service dans la RAF en 1949, il fut employé en unité jusqu'au milieu des années cinquante. Une version conçue pour les opérations. en environnement tropical, le Vampire FB Mk 9, équipée d'un habitacle à air conditionné et d'un système de climatisation Godfrey, fut produite en vue de son utilisation en Extrême-Orient. Bien qu'il se fût révélé très tôt dépassé par les avions à réaction d'après guerre, américains ou non, le Vampire allait bénéficier d'une grande popularité au sein de plusieurs forces aériennes en raison de sa simplicité et de son prix de revient peu élevé. Il servit dans de nombreux pays, dont la république Dominicaine, qui s'en procura de grandes quantités, et la Suisse. Des Vampire pourvus d'un réacteur Rolls-Royce Nene furent construits sous licence en France (Mistral) et en Australie (Vampire F Mk 30, 31 et 32), et des variantes embarquées, pourvues d'équipements spécifiques (Sea Vampire F Mk 20,21 et 22) servirent quelque temps au sein de la Royal Navy. Une version de chasse de nuit, désignée DH.113, fut développée avec un habitacle emprunté au Mosquito et un radar d'interception.

     

     

    Origine: Royaume-Uni

     

    De Havilland Vampire FB Mk 5

    Caractéristiques

    Type:

    chasseur bombardier monoplace

    Moteur:

    turboréacteur De Havilland Goblin 3 de 1 405 kgp

    Performances:

    vitesse maximale à 10 365 m, 860 km/h ; vitesse ascensionnelle initiale, 1 235 m/mn ; plafond pratique, 12 190 m ; distance franchissable, 1 885 km

    Masses:

    à vide, 3 290 kg ; maximale au décollage, 5 605 kg

    Dimensions:

    envergure, 11,58 m ; longueur, 9,37 m ; hauteur, 2,72 m ; surface alaire, 24,34 m2

    Armement:

    4 canons Hispano de 20 mm, 2 bombes de 227 kg et 8 roquettes de 27,200 kg

    Pays ayant utilisé ou utilise:

    Afrique du Sud

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :