• Fi 103 Reichenberg IV

    Alors que les trois premières versions du Reichenberg n'étaient que des machines d'entrainement, la version IV est l'arme réelle.

    Les dimensions et l'apparence font un peu penser aux Okha, les bombes volantes suicides japonaise.

    En théorie, le pilote devait s'éjecter avant l'impact, mais ses chances de s'en sortir étaient pour le moins limitées.

    Il n'aurait en tout cas pas échappé à la captivité.

    Les Allemands n'étant pas les Japonais et aucun ne fut utilisé au combat.

    Le programme d'un V 1 piloté était l'idée du célèbre pilote d'essai Hanna Reitsch et d'Otto Skorzeny. Quoiqu'ayant toutes les apparences d'une solution désespérée, il était théoriquement prévu que le pilote s'éjecte au dernier moment, après avoir mis son engin sur la route de l'objectif.


    On en arriva jamais là: lancé en juin 1944, le programme commença de manière catastrophique, multipliant les accidents. Hanna Reitsch en personne dut le remettre sur les rails à partir de septembre.

    L'entrainement put alors commencer pour de vrai et une unité opérationelle fut mise sur pied. Quand la guerre s'acheva, aucun des plus de 100 appareils disponibles n'avait été utilisé.


    Il y eut quatre variantes, trois destinées à l'entrainement tandis que seul le Reichenberg IV avait une charge réelle.

    Type Avion Fusée
    Moteur

    1 pulsoréacteur Argus As 014

    Armement 848 kg d'explosif Vitesse maximale

    600 km/h

    Vitesse de croisière   Vitesse ascensionnelle   Plafond pratique

    2 790 m

    Autonomie

    330 km

    Poids 2 250 Kg Envergure

    5,72 m

    Longueur

    8 m

    Hauteur

    0,84 m

    Surface alaire

     

    Equipage

    1


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :