• Gloster Sparrowhawk

     

    Le Sparrowhawk eut le privilège d’être le premier chasseur à entrer en service en nombre relativement élevé dans <?xml:namespace prefix = st1 ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:smarttags" /><st1:PersonName w:st="on" ProductID="la Marine Impériale"><st1:PersonName w:st="on" ProductID="la Marine">la Marine</st1:PersonName> Impériale</st1:PersonName> . Dérivé direct du Nieuport Nighthawk conçu par Harry Folland , le Sparrowhawk répond alors à une demande de <st1:PersonName w:st="on" ProductID="la Marine Impériale"><st1:PersonName w:st="on" ProductID="la Marine">la Marine</st1:PersonName> Impériale</st1:PersonName> . Le colonel The Master of Sempill se trouve alors au Japon à la tête d’une mission britannique , dans le but de conseiller <st1:PersonName w:st="on" ProductID="la Marine Impériale"><st1:PersonName w:st="on" ProductID="la Marine">la Marine</st1:PersonName> Impériale</st1:PersonName> sur le développement de son aviation navale . Une commande pour 50 exemplaires de versions modifiées du Nighthawk , désignées Mars II , III et IV est ainsi enregistrée , à un moment où l’industrie aéronautique britannique souffre énormément depuis la fin du conflit mondial . Largement modifiées selon les exigences d’un service aéronavale , les versions sont redésignées Sparrowhawk I , II et III .L’avion est entièrement en bois et toutes les versions sont équipées du moteur rotatif Bentley B.R.2 de 230 ch . Les 50 exemplaires livrés au Japon se composent de 30 Sparrowhawk I (chasseur basé à terre) , 10 biplaces Sparrowhawk II et 10 Sparrowhawk III ; cette dernière version est  modifiée pour être embarquée à bord du porte-avions Hosho ; pour ce , on ajoute sur le faux essieu les dispositifs d’arrêt destinés à attraper les câbles longitudinaux , des sacs de flottaison dans le fuselage et ce que le constructeur désigne comme « hydrovane » sur les mâts du train d’atterrissage , en fait une sorte de volet empêchant l’avion de capoter en cas d’amerrissage . 40 autres exemplaires sont en plus envoyés au Japon partiellement montés , avec de nombreuses pièces de rechange ; ils sont prit en compte par l’arsenal de Yokosuka . Les marins Japonais sont très satisfaits de leurs nouveaux appareils , le Sparrowhawk se révélant très robuste et facile d’entretien . Les 10 Sparrowhawk III sont utilisés pour la formation du premier groupe embarqué du Hosho mais celui-ci tardant à entrer en service , seuls des essais ont lieu depuis ce navire , avant la réception du chasseur Mitsubishi Type 10 (IMF) . Trois Sparrowhawk III servent aussi aux essais de décollage depuis une plateforme en bois installé sur l’une des tourelles du cuirassé Yamashiro en 1923 . Il semble que le petit chasseur demeure en service dans l’aviation navale nippone jusqu’en 1928 . Notons que 12 Sparrowhawk I et 4 Sparrowhawk III reçoivent une hélice bipale métallique Leitner-Watts à pas fixe , les autres ayant une hélice en bois d’un diamètre de <st1:metricconverter w:st="on" ProductID="2.65 m">2.65 m</st1:metricconverter>

     

     Caractéristique Sparrowhawk I   Sparrowhawk III
     Moteur  1 moteur Bentley B.R.2 rotatif à 9 cylindres de 200 ch (230 ch au décollage)  idem
     Envergure  8.49 m 8.49 m 
     Longueur  5.99 m 5.99 m 
     Hauteur  3.19 m 3.19 m 
     Surface alaire  25.08 m²  25.08 m²
     Poids à vide  759 kg  839 kg
     Poids en charge  911 kg  981 kg
     Vitesse maximum  204 km/h au niveau de la mer  194.5 km/h au niveau de la mer

     Temps de montée

     21 min à 4572 m  25 min 05 s à 4572 m  Plafond  5199 m  5150 m  Autonomie  482 km 482 km   Armement  2 mitrailleuses Vickers de 7.7 mm tirant vers l'avant et installées sur le dessus du fuselage (1000 cartouches)  idem

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :