• Le Kamov Ka-20 Harp était un hélicoptère russe prototype anti-navire. Il permit ainsi de concevoir le Kamov Ka-25 plus connu grâce à ces différent prototypes. La première apparition du Kamov <?XML:NAMESPACE PREFIX = ST1 /><ST1:METRICCONVERTER w:st="on" ProductID="20 a">20 a</ST1:METRICCONVERTER> lieu, pour les observateurs occidentaux, en juillet 1961, à Moscou. Cette machine, apparemment d’usage strictement militaire, semble avoir été construite pour la détection et la destruction de sous - marins grâce au radar de recherche important et à la puissance de destruction embarquée. Très peu vue, elle est supposée en service dans les formations de <ST1:PERSONNAME w:st="on" ProductID="la Marine Soviétique">la Marine Soviétique</ST1:PERSONNAME> , basées en Mer Noire.

    Sa description :

    Deux rotors coaxiaux, contrarotatifs, tripales. Le fuselage semble être de construction métallique. Sa partie arrière est en forme de poutre. Elle supporte un empennage hori­zontal et trois dérives verticales, ainsi que deux ou trois gouvernes de direction. La cabine de pilotage avant est accessible par deux portes latérales coulissant vers l’arrière. Le poste de pilotage doit être biplace côte à côte et semble suivi d’une cabine comportant deux hublots latéraux. Cette cabine pourrait emmener une ou deux personnes supplémentaires (radariste, bombardier ?) ou du matériel spécialisé dans la lutte anti sous-marine. L’importante antenne du radar de recherche est logée sous la pointe avant. Un carénage en forme de bulle sous la poutre arrière pourrait obturer une soute rotative à bombes ou à torpilles ASM. L’armement principal comprend deux missiles air- sol montés latéralement, extérieurement sur un bâti spécial. Deux turbomoteurs sont montés à la partie supérieure du fuselage, côte-à-côte en dessous et en avant du mât des rotors. Ce pourrait être des turbines Glushenkov, développant chacune 670 kW sur arbre. L'atterrisseur est fixe à quatre roues : deux principales à l’arrière et deux plus petites totalement orien­tables à l’avant. L’atterrisseur peut être muni d’un dispositif d’amerrissage.

    <O:P></O:P>

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique