• Nakajima KI 27 NaTe (Clint)

    En service courant dans l'aviation japonaise dès 1937, le Ki-27 était disponible en très grand nombre à la déclaration de guerre.

    Premier vrai chasseur moderne japonais, le Ki-27 était tout de même dépassé dès 1941.

    Il fut utilisé massivement pendant presque toute la guerre.

    Premier intercepteur monoplan de l'armée japonaise. Ce sera l'avion le plus construit pour l'armée de terre avant et pendant la guerre.

    C'est peut-être l'avion le plus maniable de la Seconde Guerre mondiale, même s'il le paye d'un manque de performances pures et surtout de protection.


    La Chine n'avait rien à opposer à ce redoutable adversaire. Les Russes offrirent un enemi plus coriace sous la forme du I-16 en Mongolie (Nomohan) en été 1939.

    Les Nate abbattent plus de 1000 avions soviétiques lors des combats, mais c'est aussi le signal que l'avion n'est plus à la hauteur de ses contemporains. Ils continuèrent pourtant à combattre ensuite dans le Pacifique.

    C'est le type de chasseurs le mieux représenté dans l'armée de terre japonaise en décembre 1941. Ils prennrent pas à l'invasion des Philippines et de l'Indonésie ainsi qu'à celle de l'Asie du Sud-Est (Malaisie, Birmanie).

    A partir de 1942, les Oscar les remplacent en première ligne. Ils sont retirés en métropole, où, à partir de 1943, ils se confinent à l'entraînement.

    Ils reverront pourtant le feu pendant les derniers mois de la guerre, mais uniquement comme kamikaze.


    "Nate" est la désignation alliée. Elle fut "Abdul" en Asie pendant quelques mois en Asie du Sud-Est.

    Au milieu des années trente, alors que les constructeurs européens (en particulier, britanniques) continuaient à produire des avions à cellules traditionnelles, les manufacturiers japonais, pour leur part, avaient déjà mis au point une série d'appareils militaires entièrement métalliques et à revêtement travaillant - une formule dont la supériorité avait été démontrée dès 1927.

    Outre leurs remarquables propriétés aérodynamiques, les nouveaux avions nippons comportaient des volets, des capots-moteurs perfectionnés et - dès que celles-ci furent disponibles - des hélices à vitesse constante;

    Leur habitacle, en outre, était fermé par une verrière coulissante. Le plus performant d'entre eux, le Nakajima Ki-27, prit l'air pour la première fois le 15 octobre 1936, avant d'être pris en compte par l'armée impériale japonaise.

    Manoeuvrable et efficace, le Ki-27 était doté d'un moteur Bristol Jupiter construit sous licence au Japon, moyennant quelques améliorations; ses points faibles étaient l'extrême légèreté de sa structure, et la faiblesse de son armement.

    D'emblée, le Ki-27 fit montre de remarquables qualités opérationnelles : il reçut son baptême du feu en avril 1938 au-dessus de la Chine septentrionale et conserva la maîtrise de l'air pendant de nombreux mois.

    Bien que dépourvus de blindage et de réservoirs auto-obturants, et handicapés par la faiblesse de leur puissance de feu, les Ki-27 surclassèrent - grâce, notamment, à leur formidable vitesse ascensionnelle - tous les chasseurs qu'ils rencontrèrent.

    Type

    Chasseur monoplace et chasseur bombardier

    Moteur

    1 moteur à pistons Nakajima Ha.1b de 710 cv

    Armement

    2 mitrailleuses de 7,7 mm et 100 kg de bombes

    Vitesse maximale

    460 km/h

    Vitesse de croisière

     

    Vitesse ascensionnelle

    3 000 m en 2 mn 59 s

    Plafond pratique

    12 250 m

    Autonomie

    625 km

    Poids 1 110 kg à vide, 1 790 kg en charge Envergure

    11,31 m

    Longueur

    7,53 m

    Hauteur

    3,25 m

    Surface alaire

    18,55 m2

    Equipage

    1


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :