• Sikorsky CH-53 Sea Dragon

     

    L’US Marine Corps, souhaitant disposer d’un hélicoptère de transport d’assaut plus lourd et plus performant que le CH-46 Sea Knight, avec une rampe de chargement arrière et capable d’emporter des véhicules légers ou des pièces d’artillerie, sélectionna le S-65 Sea Stallion.

    <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p> </o:p>

    Le CH-53 Sea Stallion est équipé du rotor à six pales de la grue volante CH-54 Tarhe, de nouveaux turbomoteurs et d’un fuselage étanche doté de deux flotteurs latéraux dans lesquels sont logés les éléments du train d’atterrissage escamotable. Le premier prototype de cet aéronef effectua son vol initial en octobre 1964 , et les premières machines de série, désignées CH-53A, entrèrent en service en 1966, avec deux turbomoteurs T64-GE-6 de 2 850 ch, et peuvent emporter 37 soldats ou un obusier de <?xml:namespace prefix = st1 ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:smarttags" /><st1:metricconverter ProductID="105 mm" w:st="on">105 mm</st1:metricconverter>. Vinrent ensuite le CH-53D, modernisée et plus performante, et le CH-53 E Super Stallion, avec un rotor principal à sept pales de <st1:metricconverter ProductID="24.08 m" w:st="on">24.08 m</st1:metricconverter> de diamètre et trois turbomoteurs T64-GE-416 de 4 380 ch ayant une capacité d’emport de <st1:metricconverter ProductID="16 330 kg" w:st="on">16 330 kg</st1:metricconverter> sur élingue ou 55 soldats.

    <o:p> </o:p>

    La puissance et la capacité d’emport élevée du Sea Stallion étant idéales pour permettre la mise au point d’un hélicoptère de lute antimine, des essais turent menés en ce sens sur quinze appareils redésignés RH-53A et propulsés par des turbomoteurs T64-GE-413 de 3 925 ch. En 1972, ces machines furent suivies par des RH-53D dotés de T64-GE-415 de 4 380 ch et capables de détecter des mines de toutes catégories. Le MH-53 E Sea Stallion est plus impressionnant encore, avec ses trois turbomoteurs, sa perche de ravitaillement en vol et sa capacité en carburant plus importante. D’autres versions, comportant des pales de rotor en matériaux composites plutôt qu’en alliages légers ainsi que des équipements de vision nocturne, sont en projet.

    <o:p> </o:p>

    Cet appareil donna naissance à plusieurs versions de série destinées à des missions de recherche et de sauvetage en mer ou à des missions militaires spéciales : le HH-53B de combat et de recherche, identique au HH-53 E mais propulsé par deux turbomoteurs T-64-GE-3 de 3080 ch sur l’arbre; le HH-<st1:metricconverter ProductID="53C" w:st="on">53C</st1:metricconverter> de combat et de recherche , avec un radar de suivi de terrain, un équipement de vision nocturne et deux turbomoteurs T64-GE-7 de 3 925 ch sur l’arbre, le MH-53H Super Jolly, avec un système de navigation sophistiqué et un capteur à infrarouge; et le MH-53J Pave Low III des forces spéciales, extrapolé du MH-53H, avec trois mitrailleuses, un système de navigation encore plus sophistiqué et un blindage en titane d’un poids de <st1:metricconverter ProductID="460 kg" w:st="on">460 kg</st1:metricconverter>.

     

     Année de mise en service 1966 
     Constructeur  Sikorsky Aircraft
     Nationalité Etats Unis 
     Role  Hélicoptère lourd de transport d'assaut
     Modèle  Sikorsky MH-53 E Sea Dragon
     Envergure  24.08 m
     Longueur  30.19 m
     Hauteur  8.60 m
     Moteur  3 turbomoteurs General Electric T64-GE-416
     Puissance du moteur  3 X 4380 ch = 13140 ch
     Charge utile  16000 kg sous l'élingue ou 55 hommes de troupe
     Poids en charge  31631 kg
     Vitesse maxi  315 km/h
     Plafond  8500 m
     Autonomie  1800 km
     Equipage  3


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :